Archives du mot-clé les règles de l’art

L’Académie Royale de Peinture

Au départ, l’Académie royale de peinture et de sculpture fut un syndicat d’artistes d’un talent distingué, luttant contre l’autorité de la corporation des peintres et sculpteurs. Puis, sous l’autorité de Colbert, elle eut rapidement le monopole de l’enseignement artistique. Mais au XIXème siècle, sous l’influence despotique d’Ingres, l’Académie s’est sclérosée dans une tradition en voie d’épuisement.

Anne Vallayer-Coster, Les attributs de la peinture, de la sculpture et de l’architecture

L’estampe dans l’art occidental, XIXe et XXe siècle

Pour beaucoup, l’estampe (Gravure sur bois, sur métal, lithographie…) n’est rien d’autre qu’une reproduction de type artisanal, dont la logique de diffusion a longtemps négligé signature et numérotation. Les premières estampes étaient du reste des images de piété, des cartes à jouer, des illustrations de livres, favorisant la méconnaissance des gravures réalisées par l’artiste lui-même (ex. Rembrandt), créations originales à part entière.

Lumiere : éclairer les ténèbres de Georges de La Tour à Picasso

A l’âge classique, les peintres utilisent souvent la bougie pour éclairer des scènes nocturnes, qui symbolise tour à tour l’apparition, l’extase, la méditation, la mélancolie… Avec l’avènement de l’électricité, les artistes expriment au début du XXème l’utopie de la domination de l’homme sur les ténèbres, puis avec la guerre, le désenchantement…

Georges de La Tour, L’Apparition de l’ange à saint Joseph, ou Le Songe de saint Joseph.

Illusion et trompe-l’œil

Si l’illusionnisme pictural consiste en une représentation mimétique du monde, visant à donner l’illusion de la réalité, la technique du trompe-l’œil est une tendance virtuose qui contribue à leurrer le spectateur. C’est principalement au 17ème et 18ème siècle que des artistes flamands, puis français vont produire leurs intrigants chefs-d’œuvre.

Cornelis Norbertus Gysbrechts, Dos d’un tableau (fin XVIIème siècle).

l’illusionnisme

Au cours du XIXème vont se faire jour deux tendances artistiques : l’une, officielle, se référant volontiers aux modèles du passé, vit sous la férule de l’Académie. L’autre, composée d’artistes disparates dont les impressionnistes, transgresse les règles établies de l’illusionnisme et contribuent à une conception nouvelle de la peinture.

la perspective

La grande innovation du XVème siècle italien demeure pour l’art pictural la mise au point des règles fondamentales de la perspective linéaire, c’est-à-dire la définition d’une technique de construction des images. Ce système de représentation rationnelle du monde oriente notre regard pour quatre siècles vers une conception mimétique de la peinture.

La Cité idéale à Urbino

La Cité idéale à Urbino

 

Lumière : de la bougie à l’ampoule electrique

De la bougie à l’ampoule électrique : un éclairage sur l’art

Entre éblouissement et ténèbre, remémoration et oubli, la lumière artificielle -bougie ou Ampoule – nous propose d’éclairer les sombres épisodes de notre histoire, individuel le ou collective.

 Conférence #1

De la bougie à l’ampoule électrique : Passage des ténèbres à la lumière, De Georges De La Tour à Picasso…

Avant le XXème siècle, les peintres ont souvent utilisé la bougie pour éclairer les scènes nocturnes. Cette lumière artificielle surgissant de la nuit est propice à symboliser le sommeil, le songe, l’apparition, l’extase, la méditation, le reniement, la mélancolie… Elle est aussi un puissant symbole de la brièveté de la vie dans les natures mortes appelées « Vanités », destinées à rappeler la fin de notre destinée terrestre.

Conférence #2

L’ampoule, dans l’art du 20ème siècle : De Guernica de Picasso à La Leçon Des Ténèbres de Boltanski…

La très célèbre toile « Guernica » a été peinte par Picasso en 1937 à la suite du bombardement de la petite ville basque. Au sommet de ce chef d’œuvre, une ampoule électrique gigantesque, à la fois oeil immense et soleil déchiqueté, éclaire de façon dramatique la scène du massacre… Sachant que l’exposition universelle de 1937 avait pour thème l’électricité, cette ampoule délivre un commentaire amer sur l’idée d’un progrès par la technique moderne.

Un demi-siècle plus tard, Christian Boltanski puis aujourd’hui de nombreux autres artistes, utilisent presque systématiquement des ampoules dans leurs installations.