Archives du mot-clé modernité

la modernité

Comment New-York vola l’idée d’art moderne ?

Dans l’entre-2-guerres, le décalage culturel qui avait caractérisé la dépendance des USA vis-à-vis de l’Europe depuis le début de leur histoire tend à diminuer ; il se traduit d’abord par un conservatisme et un nationalisme délibéré. Mais avec la seconde guerre mondiale, le nouveau statut de première puissance mondiale, l’afflux d’artistes du monde entier, l’ouverture du MOMA… amènent les USA – selon le mot de Serge Guilbaut – « à voler l’idée de l’art Moderne » à l’Europe.

Art très trait abstrait

L’art abstrait n’est pas une école mais un phénomène de rupture : il est difficile de chercher à le circonscrire dans une période de l’histoire de l’art donnée.
Mais au début du XXe siècle, c’est un saut qu’illuminent les oeuvres de Kandinsky, Malevitch et Mondrian : Entre lyrisme et géométrie, à la recherche d’une quintessence spirituelle, l’art abstrait, oppose d’emblée à l’expression par la couleur, le culte de la forme.

Aux origines de l’art abstrait

L’art abstrait, dans sa définition la plus simple se donne pour mission de ne pas représenter le monde sensible. Avant les pionniers comme Kandinsky, Malévitch et Mondrian, Monet, puis certains artistes fauves ou expressionnistes avaient déjà fragilisé les contours de la forme : la dissolution des figures par l’action de la lumière constitue dès la fin du XIXème siècle une transgression qui alimentera fortement le courant abstrait.

L’Art en mouvement

Le mouvement et sa représentation dans l’art apparaissent comme une préoccupation ancienne des artistes, renforcée fin XIXème et début XXème par l’apparition de la machine ; l’essor de la chronophotographie, le développement du cinéma, ou les recherches des futuristes italiens expriment un puissant désir de capter l’énergie et d’utiliser la vitesse pour en faire une composante de l’œuvre.

L’art moderne en quête de spiritualité ?

« Du Spirituel dans l’art » est le titre d’un ouvrage fameux de Kandinsky, qui a valeur de manifeste pour éclairer l’engagement de l’artiste en faveur de l’abstraction. Malevitch, Mondrian, et bien d’autres artistes du début du siècle, partagent cette exaltation pour les pures recherches formelles. L’abandon de l’illusionnisme devient le signe de cette quête, que l’on retrouvera également dans l’architecture.

Qu’est-ce-que l’art moderne ?

La modernité marque l’apparition d’une peinture concrète, se définissant par l’abolition du sujet, le renoncement à l’illusion, la destruction de la forme, l’abandon de la représentation… Au contraire de la peinture dite classique, il présente un objet pictural qui ne s’offre plus comme une imitation de la nature extérieure.