Archives pour la catégorie Actualités

Cycle de conférences à la Soufflerie, Rezé

Cycle de conférences à la Soufflerie, Rezé, saison 2018-2019

la soufflerie

Béton, Amour ou Désamour : L’histoire de l’architecture moderne de Auguste Peret, Mallet-Stevens, Corbusier…

27 novembre
Héritier de la révolution industrielle, le béton fascine les architectes dès la fin du XIXè siécle car il offre beaucoup de libertés dans la conception et la construction des bâtiments. Facile à mettre en place, on peut lui donner la forme qu’on veut et permet de s’affranchir des murs porteurs.
Matériau emblématique du XXè siècle, il connaît une aventure extraordinaire, malgré une résistance du grand public qui ne comprend pas toujours les enjeux de son utilisation systématique. Parcours des grandes figures jusqu’à l’aventure rezeènne de la Cité Radieuse et l’église Saint-André.

Architecture et pratiques vernaculaires : noblesse du matériau et harmonie de l’environnement

11 décembre
Le vernaculaire a le vent en poupe : Il prône des constructions effectuées avec les matériaux locaux prenant en compte le climat et la géographie du lieu. Revalorisé en grande partie par le regard et la pratique des artistes (de Walker Evans à Barcelo), l’habitat traditionnel bénéficie aujourd’hui  de l’appétence pour l’écologie, la consommation locale et  le recyclage ; il interroge les modalités contemporaines de la construction standardisée à outrance en proposant de nouvelles formes et des façons d’habiter différentes.

Petite histoire des gares, de Saint-Lazare à la nouvelle gare de Nantes

15 janvier
Dés le milieu du XIX°siècle, l’édification des gares va susciter des enjeux techniques et esthétiques sans précédent. Des décors magnifiques seront également proposés pour magnifier ces cathédrales des temps modernes… jusqu’à la prochaine gare de Nantes édifié par l’archi Ricciotti, architecte de l’auditorium de Reze, qui se revendique d’être un architecte « local ».

MOBILITE : Voitures, vélo, tram-train et bus vues par les artistes

5 février
Au XXè siècle, la voiture est devenue un objet de fascination collective. Symbole de la vitesse et d’une nouvelle forme de mobilité, elle est magnifiée chez les peintres modernes par la peinture, la photo ou le collage. De façon plus discrète le train, le bus ou le vélo nourrissent l’imaginaire des artistes. En lien avec les problématiques de la mobilité urbaine d’aujourd’hui,  nous déclinerons la diversité des supports utilisés par les artistes contemporains au travers du thème du transport.

De la cité jardin à la Banlieue : habiter à la marge des villes

5 mars
Contrecoup de l’attraction des grandes villes, la question du logement est devenu des le XIXè siècle une question cruciale… La conférence apportera un éclairage sur les propositions d’architectures emblématiques, qui ont tenté d’apporter des réponses aux contraintes du logement social.
Il s’agit de montrer comment les partis pris architecturaux génèrent des modes de vie et d’être ensemble particuliers en abordant les notions d’espaces de vie, de communication avec l’extérieur, d’ensoleillement….en même temps que les idéologies dominantes qui ont dirigé  ces propositions urbanistiques  du logement social.
Avec le regard de photographes, de Robert Doisneau à Matthieu Pernot et Valerie Jouve.

ABECEDAIRE

Cycle de conférences à la Fleuriaye, Carquefou, saison 2018-2019

K comme Frida Khalo, ou Créer avec un handicap

24 Septembre
Frida K, artiste mexicaine aujourd’hui tres célèbre, est une pionnière parmi les femmes-artistes de la première moitié du XXè s, qui a su développer un style d’une grande originalité. Son œuvre constitue une contribution de premier plan au Surréalisme ; elle exprime également la tragédie de l’artiste, affligée toute sa vie des conséquences douloureuses d’un accident de la circulation. Dans son sillage, d’autres femmes trouvent dans la création un moyen d’exorciser leurs douleurs physiques.

L comme Leonard

26 Novembre
A l’occasion du 500è anniversaire de sa mort, la conférence offre un regard rétrospectif sur le plus grand artiste de la Renaissance italienne. Nous évoquerons tant sa peinture, que les ingénieuses machines qu’il n’a cessé de concevoir tout au long de sa vie, et particulièrement en France non loin d’Amboise où il a achevé sa vie… Il ouvre ainsi la voie aux nombreux artistes bricoleurs de génie qui élaborent aujourd’hui des architectures proliférantes inédites.

En avril 2019, exposition de Jean Luc Johannet

M comme Monet et Millet

28 Janvier
Si Monet a contribué à imposer le genre du paysage dans la peinture de la fin du XIXè siècle, Millet met en scène la condition paysanne par des représentations attentives de leur activité quotidienne. Loin d’être désormais un simple décor pour des scènes historiques, le paysage accède au statut de genre autonome, dont nous suivrons l’évolution au cours du XXè siècle jusqu’aux productions contemporaines.

En mars 2018, exposition de Sophie Amauger

N comme Nabi

4 Mars
Autour de Paul Serusier, le groupe des jeunes artistes nabis se constitue en réaction à l’impressionnisme et au naturalisme. A l’instar de Gauguin, ils utilisent des couleurs pures et vives et cherchent à retrouver le caractère « sacré » de la peinture et à provoquer un nouvel élan spirituel (Bonnard, Vuillard, Verkade, Vallotton, Lacombe…)

O comme Obsession

29 Avril
L’aspect obsessionnel du travail artistique est apparu avec force avec la reconnaissance de l’art brut et de l’art singulier au cour du XXè siècle. Effectivement la tendance à des gestes répétitifs est l’un des critères qui caractérise souvent cet art pratiqué par les malades mentaux, ou des marginaux. Néanmoins l’obsession caractérisant aussi de nombreuses pratiques contemporaines, nous analyserons, au travers différentes oeuvres, la singularité de ce mode d’expression.

Une américaine aux Sables d’olonne

Une Américaine aux Sables d’Olonne raconte l’histoire vraie de Theresa Gaston, richissime héritière ayant vécu aux Sables d’Olonne dans l’entre-deux-guerres. Originaire de Memphis dans le Tennessee, elle est une personnalité à multiples facettes, tour à tour fantasque, introvertie, capricieuse et très classique. Le récit fragmentaire de sa vie éclaire ses rapports avec des autochtones sablais, notamment une famille de pêcheurs du Passage, les Michon et leurs proches.

Construit en un double récit, le livre déroule également les étapes de la recherche historique qui a permis la mise à jour de l’histoire de Theresa : nous suivons pas à pas l’enquête menée par Marjolaine et Henri, engagés tous deux avec passion dans les romans de vie des personnages. On s’aperçoit à la fin seulement que l’ouvrage s’est écrit à notre insu…

une américaine aux Sables d'olonne

une américaine aux Sables d’olonne

Disponible dans toutes les librairies des Sables d’Olonne et chez Coiffard à Nantes.

Entre ART & ARCHITECTURE


Cycle de conférences à la Soufflerie, Rezé, saison 2017-2018

la soufflerie

La Ville vue par les artistes, de Leonard de Vinci à Edward Hopper

mardi 7 Novembre / 19h
L’art et la ville entretiennent des liens complexes, à multiples lectures : des représentations de ville idéale à la Renaissance italienne et des cités flamandes de Brueghel, jusqu’à la ville monstre de Fritz Lang dans Métropolis et les représentations de l’Amerique des années 30 par Hopper, ce sont autant de visions révélatrices d’une époque et d’un lieu que nous proposent les artistes. (Piero della Francesca, Van Eyck, Brueghel, Durer, Vermeer, Caillebotte, Dore…)

Le jardin cultivé, du lopin de terre à l’espace du Musée

mardi 12 Decembre / 19h
le Jardin est un espace clos, dont la mise en scène traduit la recherche d’un monde idéalisé. Pour le jardinier ou les artistes qui le dessinent, les jardins sont toujours investis d’une grande richesse symbolique : jardins médiévaux des simples dans les manuscrits, jardin Clos de la Vierge dans les tableaux de la Renaissance, jardin des Délices de Bosch, jardin d’Arcadie de Poussin, jardins de plaisir du XVIII°s (Tivoli), herbiers d’Artistes… Autant d’expressions artistiques au sein desquels nous nous promènerons !

La villa suburbaine à Rezé, architecture de loisirs & style balnéaire

mardi 9 Janvier
Parallèlement à la croissance des villes apparaît la banlieue, liée à la mutation des grandes entreprises vers les quartiers périphériques, puis dans les communes suburbaines ; à côté des maisons ouvrières s’invente alors une architecture spécifiquement bourgeoise qui emprunte ses modèles au cottage anglais, à la villa italienne, et son goût du pittoresque aux modes régionalistes. La tendance connaît son apogée avec la villégiature balnéaire : Rezé en témoigne !

Friches industrielles : un nouveau souffle

mardi 13 Février / 19h
Une confrontation entre les images des bâtiments de l’industrie triomphante (Dore, Monet, les peintres américains Davis, Demuth, Sheller…) et différents témoignages de leur abandon progressif.
La destruction des Halles Baltard en 1971 sonne l’ère de la reconversion culturelle : Ainsi la Gare d’Orsay à Paris, la Tate Britain à Londres, la Piscine à Roubaix, l’Ile de Nantes… Autant de projets signés par de grands noms de l’architecture contemporaine.

Art urbain et Street-art, de New-york aux banlieues nantaises…

mardi 20 Mars / 19h
Art mineur, Acte de vandalisme, Art tout court ? Le Street Art est partout, hier uniquement dans la rue, sous la forme de signes réalisés illégalement à l’aérosol ou au pochoir sur les murs, maintenant dans les musées, les maisons, les grandes et les petites collections.
Cet art protéiforme qu’on appelle de plus en plus Arts Urbains par la richesse de ses écoles, de ses tendances et de ses styles… En passant du mur à la toile ou à l’image digitale, de la bombe à la photo ou au collage d’images numériques, une nouvelle forme d’art s’invente !

L’Ecologie, du côté des artistes et des architectes

mardi 10 Avril / 19h
Langage poétique ou action politique : par métaphores et images fortes, via l’émotion et la matière, l’art aborde l’écologie autrement. Du côté des architectes, on retrouve la même attention à la récupération, aux matériaux durables, à la respiration des bâtiments. Une architecture plus modeste pour un meilleur dialogue avec l’environnement et la nature !

ABECEDAIRE

Cycle de conférences à la Fleuriaye, Carquefou, saison 2017-2018

F comme Fresques Italiennes, de Giotto à Raphaël

16 octobre 2017 / 19h
La fresque est une technique de peinture murale réalisée dans le frais de l’enduit (a fresco, en italien) Depuis le moyen-âge, des multitudes de chefs d’oeuvres ont été ainsi réalisées sur les murs des chapelles italiennes, à Florence, Rome mais aussi Assise, Padoue…

G comme Gericault, Du Naufrage au Succès

20 novembre 2017 / 19h
Né au plus fort de la tourmente révolutionnaire, dans une famille de la bourgeoisie rouennaise, Géricault est un artiste profondément romantique. Rendu célèbre par le Naufrage de la Meduse, il s’intéresse toute sa vie aux thèmes dramatiques de la Passion et de la Violence…

H comme Histoire De L’art, de Vasari à Panofski

11 Decembre 2017 / 19h
Histoire de l’histoire de l’art : pourquoi parler sur l’art, qui décide de la beauté de l’œuvre, comment évaluer une œuvre ? Autant de questions qui seront illustrées par de grandes œuvres de la peinture occidentale.

I comme Ingres Jean-Dominique, de Mme De Senonnes au Bain Turc

19 Fevrier 2018 / 19h
Contemporain de Géricault, Ingres incarne la version classique des années romantiques. La galerie de portraits réalisés tout au long de sa carrière, où il excelle dans le rendu des étoffes et des corps, constitue un miroir de la société bourgeoise ; parallèlement il développe une œuvre plus intime, teintée d’orientalisme et d’érotisme.

J comme Jardins Extraordinaires

19 Mars 2018 / 19h
Lieu de savoir et de plaisir, le jardin est devenue rapidement un source d’inspiration pour les artistes. La conférence conçue comme une promenade cheminera entre représentations botaniques et constructions végétales, tout en abordant les significations symboliques et philosophiques de ces espaces clos qui cherche à produire une image idéalisée du monde.

Les 3 petits cheminots

fly_phareBoreal4_light

Présentation et signature du livre Les 3 Petits Cheminots au Phare Boréal aux Sables d’Olonne.

Le Phare Boréal
20 rue du village neuf
La Chaume
85100 Les Sables d’Olonne

Samedi 6 Septembre à partir de 17h jusqu’à 21h30
Dimanche 7 Septembre à partir de 11h jusqu’à 15h

Performance graphique et participative des illustrateurs :

Eric Penard, Christophe Fauconnet et Christophe Vigouroux

Vente à la découpe / Projection / Verre de l’amitié

Cet évènement est un prolongement de l’exposition qui s’est tenue à Nantes dans les locaux d’Artaban au mois de mai 2014.

 

Villas et edifices balnéaires du remblai des Sables d’Olonne

remblai

 

On l’aura attendu mais le voilà cet album dont la couverture rappelle celle de son grand frère: « Villas et édifices balnéaires des Sables d’Olonne » paru en 2011 et désormais épuisé, victime de son formidable succès. Celui-ci est d’un format plus petit et carré (25 X 25 cm) plus facile à porter et à consulter pendant les promenades sur le remblai et bien sûr beaucoup moins onéreux.

Louise ROBIN a pris le temps de poursuivre ses recherches sur ces belles demeures de prestige qui lui ont donné matière à ajouter « 30 villas inédites sur le front de mer et en bonus la villa Chailley et son parc à la Chaume ». Il ne s’agit donc pas du tout d’un condensé du précédent ouvrage voire d’un « digest » mais bien d’un travail original qui ne fait donc pas double emploi avec son « grand frère ». Un soin particulier a été apporté à une iconographie enrichie de nouveaux documents et de nouvelles photographies qui témoignent du soucis qu’ont pris l’auteur(e) et les photographes de nous faire partager leur amour des Sables d’Olonne et de son remblai.

Texte et photo de Pierre Denis, libraire des Fables d’Olonne
Les Fables d’Olonne
56 Promenade G. Clémenceau
85100 Les Sables d’Olonne
Signature à la librairie les Fables d’Olonne Samedi 16 aout 2014
 

L’Art prend l’air

Impression

Thème : Voyage en train, entre réalité, fiction et rêve.

Les 4 artistes : Louise Robin (conception – fabrication – édition du livre en 3 tomes, Christophe Fauconnet (dessin), Christophe Vigouroux (dessin) et Eric Peinard (dessin).

La règle : Un peu à la façon du procédé surréaliste du Cadavre Exquis, les 3 artistes ont dessiné directement et sans repentir sur des « faux » livres, au format livre de poche ou « roman de gare ». En forme d’invitation ou de piège tendu aux 3 dessinateurs, ces supports avaient préalablement et malicieusement été préparés par Louise Robin. Elle avait fabriqué ces curieux albums en intégrant aux pages vierges ses textes inspirés par des voyages en train, ainsi que des fragments d’illustrations. Ces albums de dessin un peu particuliers ont circulé entre les 4 protagonistes qui pouvaient ainsi établir des correspondances entre leurs diverses interventions graphiques et les textes. Cela donne un univers graphique direct, pluriel, réactif…qui écarte la monotonie du voyage jusqu’à atteindre parfois un train d’enfer !

Les 3 livres ainsi saturés sont édités en 3 fois 30 exemplaires par Louise Robin, qui boucle ainsi son projet.

L’exposition comprendra :

Aux murs, l’accrochage de dessins préparatoires et des differents projets de couvertures, réalisés par les plasticiens Christophe Fauconnet, Christophe Vigouroux et Eric Penard

Objets : Les 3 livres originaux et leur édition.